Accueil Société Bourbonnaise Production
Accueil Société Bourbonnaise Production
Société Bourbonnaise Production
Femme paysanne Les sillons de la liberté Toi l'Auvergnat dernier paysan Les métiers d'autrefois Les sabots à bascule Diffusion

 

Actualités Lettres ouvertes Filmographie Presse Reportages


Vous ètes sur la page Le train du 18 juin

 

 

Affiche Le train du 18 juin

 

 

 

 

 

RECHERCHE
COPRODUCTEURS
 


 

Lettre adressée aux coproducteurs

 

  

 


LE TRAIN DU 18 JUIN
 (2 heures)

Scénario et Dialogues de René DURANTON

SYNOPSIS
-

A partir d'une histoire vraie romancée, ce film historique au suspens permanent fait découvrir l'importante activité des cheminots pendant la guerre de 1940.

Le 18 Juin, c'est l'appel de De Gaulle, mais aussi l'arrivée des Allemands dans la ville de Moulins.

Un train de munitions devant ravitailler le front est stoppé au dépôt. Francis, le mécanicien et Joseph, son chauffeur, sont volontaires pour conduire le train hors de portée des Allemands.
Dans la nuit, les cheminots n'ont pas remarqué une superbe jeune femme blonde qui se cache derrière des wagons. Poursuivie depuis Paris par la Gestapo, sa seule chance est ce train en partance vers le Sud. Chargée de sa grosse valise, elle court, remonte très haut son tailleur sur ses cuisses splendides, monte et referme la porte.

Les aboiements des chiens se rapprochent, des silhouettes de soldats allemands se dessinent sous les rares lampadaires. Surpris, les cheminots s'activent pour accrocher la loco.
Les Allemands sont au bout du quai et crient, mais Francis actionne le régulateur. Dans un nuage de vapeur les roues patinent, le train avance... Un side-car s'avance au niveau de la machine et lâche une rafale. Francis se protège mais le chauffeur est atteint.

Le train s'éloigne à toute vapeur... direction l'Auvergne.

Rien ne pourra arrêter le train du 18 juin, pas même un camion en travers des voies ferrées, ni le mitraillage des stukas etc..

Un taxi est réquisitionné en gare de Moulins par deux agents de la Gestapo. Ils doivent absolument arrêter cette femme coûte que coûte, mais la complicité des cheminots va les promener dans toute l'Auvergne.

Suzie, la belle blonde, remplace le chauffeur décédé. Une idylle se crée avec Francis.

Le train est planqué sur une voie de garage en pleine nature. Une profonde amitié s'établit avec le paysan du coin, un ancien de 14 qui organise des tours de garde avec ses camarades.

Francis et Suzie sont invités au mariage de la fille de ce dernier où un groupe de réfugiées américaines, chanteuses de Boogie-Woogie animera la fête.

Malheureusement la Gestapo retrouve le train. Un combat, véritable duel, s'engage, les deux Allemands, armés de Luger contre les deux anciens armés de Robust 16.

L'Armistice a été signé le 22 juin, la ligne de démarcation le 26.

Nous sommes le 28 juin, le train se retrouve donc en zone libre.



Tous droits déposés et protégés à l'INPi et SACD - 02-10-2012